Comment savoir qu’une femme souffre de dépression post-partum ?

Pour la plupart des femmes, la naissance d’un enfant est un moment excitant et joyeux. Toutefois, si elles souffrent de dépression post-partum, cela peut devenir très pénible et difficile. La dépression post-partum est en effet une maladie grave qui se produit pendant la grossesse ou après l’accouchement. Elle touche environ 15 % des nouvelles mères et concerne toutes les cultures et toutes les catégories sociales. Alors, comment déterminer si une femme est atteinte de cette maladie ? Tout de suite la réponse.

La dépression post-partum, c’est quoi ?

La dépression post-partum est une maladie mentale qui touche les femmes après l’accouchement. En fait, la plupart des femmes sont atteintes du « baby-blues » pendant cette période. C’est un sentiment de solitude, de tristesse, d’agitation, d’anxiété et de dévalorisation qui dure environ quelques semaines après l’accouchement. Toutefois, lorsqu’elle est atteinte d’une dépression post-partum, ces réactions durent beaucoup plus longtemps que quelques semaines et peuvent s’aggraver.

À noter que la dépression post-partum n’est ni un défaut de caractère ni un signe de faiblesse. En effet, les spécialistes affirment qu’il n’existe pas de cause unique à cette maladie. Parfois, il s’agit simplement d’une complication de l’accouchement. Dans d’autres cas, elle est déclenchée par les changements physiologiques de la mère. Sachez seulement qu’il faut traiter la dépression post-partum dès le premier symptôme afin de renouer rapidement des liens entre la mère et son bébé.

Comment déterminer si la femme est atteinte d’une dépression post-partum ?

Au début, la dépression post-partum est généralement confondue avec le baby-blues. Cependant, quand les signes et les symptômes s’aggravent et durent plus longtemps, il est important de se poser des questions. En effet, ces dernières peuvent interférer avec la capacité de la mère à s’occuper de son bébé et des tâches quotidiennes.

À noter que les symptômes d’une dépression post-partum se développent généralement après l’accouchement, mais dans certains cas, ils peuvent se présenter pendant la grossesse ou aussi quelques mois après la naissance.

Les principaux symptômes d’une dépression post-partum sont les suivantes :

  • La dépression et la tristesse ;
  • Les pleurs fréquents ;
  • Le sentiment d’irritabilité ou d’anxiété ;
  • La diminution d’intérêt pour la vie ;
  • La perte d’appétit.
  • La diminution de la motivation pour faire des choses ;
  • La difficulté à dormir ;
  • Le sentiment de désespoir ou de culpabilité ;
  • La perte ou gain de poids sans raison ;
  • La perte d’intérêt pour son bébé.

En France, beaucoup de femmes sont concernées par la dépression post-partum. Ainsi, à partir de 2022, chaque nouvelle-maman bénéficiera d’un entretien post-natal, pendant 5 semaines après la naissance. Ce service d’accompagnement est pris en charge par la mutuelle de santé.

Dans quel cas faut-il s’inquiéter ?

Il est normal qu’une femme soit déprimée après la naissance de son bébé. En effet, vous pourrez être atteinte soit du baby-blues, soit de la dépression post-partum. Toutefois, si vous sentez une gêne, il est toujours conseillé d’appeler un médecin.

Par ailleurs, si les symptômes démontrent que vous souffrez d’une psychose post-partum, il est fortement recommandé de demander de l’aide immédiatement. En effet, cette maladie est très grave.

Les symptômes d’une psychose post-partum peuvent inclure :

  • La continuation des symptômes après deux semaines ;
  • La confusion et la désorientation de la mère ;
  • Les pensées obsessionnelles de la mère au sujet de son bébé ;
  • Les délires et les hallucinations ;
  • Le paranoïa ;
  • La tentative de faire du mal à soi-même ou à son bébé.

Dans ces cas-là, le médecin traitant est souvent contraint d’orienter la patiente vers un psychiatre ou un psychologue pour des séances de thérapies, en fonction de la gravité de la situation.