Tout ce qu’il faut savoir sur l’assurance-vie

Pour une vie meilleure et pour notre sécurité, la souscription d’une assurance-vie reste une option pérenne.

L’assurance-vie

L’assurance-vie est un placement de fonds matérialisé par un contrat qui garantit la vie d’une personne en contrepartie des règlements de primes. Comme son nom l’indique, il s’agit de se préparer au pire pendant la survie d’une personne ou au décès, mais aussi de concrétiser vos rêves et vos projets. En effet, pendant que vous êtes en vie, vous voulez constituer plus de capital et financer un projet ou bien tout simplement préparer votre retraite lorsque vous serez en cessation d’activités. Ainsi, l’assurance-vie peut se traduire en une sorte d’épargne à moyen ou long terme. Pour le cas de contrat de décès, il s’agit de garantir le décès d’une personne en transmettant la prime au bénéficiaire désigné par le souscripteur. C’est donc accompagner l’avenir de vos enfants ou de vos petits-enfants en l’absence de l’assuré.

Le principe de l’assurance-vie

Le principe de fonctionnement de l’assurance-vie s’effectue en premier lieu par l’adhésion à un groupe d’assurance ou plus précisément à la Banque populaire. L’adhésion est payante et se matérialise par un contrat signé entre les deux parties. À partir de ce contrat, l’assuré procède à un versement de façon régulière ou non pendant au moins 8 mois. C’est-à-dire que vous avez le choix entre le versement libre et le versement programmé. Ensuite, comme toute autre épargne, on ajoute chaque année aux sommes versées un taux d’intérêt.Au gré du souscripteur, il peut à tout moment retirer son argent.

Les types de contrats d’assurance-vie

  • Le contrat monosupport

Possédant un seul support d’investissement dont les fonds en euros, le contrat monosupport est destiné aux personnes voulant jouir d’une sécurité totale. Grâce à ce placement de fonds, la rémunération des investisseurs sera garantie avec un minimum de taux d’épargne. Mais ce taux est parfois jugé très faible allant de 3 % à 6 % en moyenne.

  • Le contrat multisupport

Le contrat multisupport, par contre, est doté de plusieurs supports, y compris le fonds en euros et les unités de compte comme les obligations, les fonds investis en immobilier ( la SCI, le FCP, etc). Face aux lignes de supports proposés par l’assureur, les investisseurs peuvent placer leur capital dans les supports risqués et les fonds sécurisés. Cela permet, d’un côté, de sécuriser une somme d’argent et de l’autre côté de constituer un gros rendement possible, mais avec plus de risques. En effet, selon la situation du marché financier, votre capital peut être rentabilisé ou perdre de sa valeur.

Les avantages de l’assurance-vie

Très prisée par les ménages, l’assurance-vie offre de multiples avantages.

D’abord, c’est un moyen d’épargner un revenu à votre convenance. Grâce au taux d’intérêt, vous pouvez dynamiser votre placement pour constituer progressivement une grosse somme.

Le contrat de l’assurance-vie est très flexible. En effet, votre capital sera disponible à tout moment. En cas de nécessité, il vous suffit de faire une demande de rachat. Ensuite, il existe plusieurs façons de dénouer un contrat. Par exemple, si vous voulez récupérer votre capital en une seule fois ou bien si vous souhaitez le recevoir régulièrement en le transformant en rente. Entre autres, en cas de décès, l’argent peut être facilement transféré au bénéficiaire nommé par le défunt.

À part la pension de retraite, elle vous permet également de compléter vos revenus. De plus, votre placement est soumis à une fiscalité spécifique très avantageuse. En effet, seuls les intérêts seront taxés. Ainsi, lorsque vous faites une demande de rachat, le capital octroyé est hors taxe. De plus, le taux de fiscalité est dégressif en fonction de la durée de détention du contrat. Il dépend aussi de la période de versement de prime. D’ailleurs, un abattement annuel sera appliqué aux intérêts déduits. Par ailleurs, en cas de décès, le bénéficiaire sera totalement exonéré de la fiscalité perçue. Tandis que les autres bénéficiaires disposent d’un abattement prévu. Enfin, on procède à la transmission hors succession. C’est-à-dire que les sommes octroyées au bénéficiaire ne seront pas partagées entre les héritiers du défunt.